The Twelve Months

twelvemonths1

 

That was fun to make but also terribly long. I enjoyed personalising the months, it was a very interesting exercise to get a “feel” for each. When I see this painting now, I can’t help hearing what I was listening to continuously at the time of painting:

The Twelve Months fairy tale:

THERE was once a widow who had two daughters, Helen, her own child by her dead husband, and Marouckla, his daughter by his first wife. She loved Helen, but hated the poor orphan because she was far prettier than her own daughter.

Marouckla did not think about her good looks, and could not understand why her stepmother should be angry at the sight of her. The hardest work fell to her share. She cleaned out the rooms, cooked, washed, sewed, spun, wove, brought in the hay, milked the cow, and all this without any help.

Helen, meanwhile, did nothing but dress herself in her best clothes and go to one amusement after another.

But Marouckla never complained. She bore the scoldings and bad temper of mother and sister with a smile on her lips, and the patience of a lamb. But this angelic behavior did not soften them. They became even more tyrannical and grumpy, for Marouckla grew daily more beautiful, while Helen’s ugliness increased. So the stepmother determined to get rid of Marouckla, for she knew that while she remained, her own daughter would have no suitors. Hunger, every kind of privation, abuse, every means was used to make the girl’s life miserable. But in spite of it all Marouckla grew ever sweeter and more charming.

One day in the middle of winter Helen wanted some wood-violets.

“Listen,” cried she to Marouckla, “you must go up the mountain and find me violets. I want some to put in my gown. They must be fresh and sweet-scented-do you hear?”

“But, my dear sister, whoever heard of violets blooming in the snow?” said the poor orphan.

“You wretched creature! Do you dare to disobey me?” said Helen. “Not another word. Off with you! If you do not bring me some violets from the mountain forest I will kill you.”

The stepmother also added her threats to those of Helen, and with vigorous blows they pushed Marouckla outside and shut the door upon her. The weeping girl made her way to the mountain. The snow lay deep, and there was no trace of any human being. Long she wandered hither and thither, and lost herself in the wood. She was hungry, and shivered with cold, and prayed to die.

Suddenly she saw a light in the distance, and climbed toward it till she reached the top of the mountain. Upon the highest peak burned a large fire, surrounded by twelve blocks of stone on which sat twelve strange beings. Of these the first three had white hair, three were not quite so old, three were young and handsome, and the rest still younger.

There they all sat silently looking at the fire. They were the Twelve Months of the Year. The great January was placed higher than the others. His hair and mustache were white as snow, and in his hand he held a wand. At first Marouckla was afraid, but after a while her courage returned, and drawing near, she said: —

“Men of God, may I warm myself at your fire? I am chilled by the winter cold.”

The great January raised his head and answered:
“What brings thee here, my daughter? What dost thou seek?”

“I am looking for violets,” replied the maiden.

“This is not the season for violets. Dost thou not see the snow everywhere?” said January.

“I know well, but my sister Helen and my stepmother have ordered me to bring them violets from your mountain. If I return without them they will kill me. I pray you, good shepherds, tell me where they may be found.”

Here the great January arose and went over to the youngest of the Months, and, placing his wand in his hand, said: —

“Brother March, do thou take the highest place.”

March obeyed, at the same time waving his wand over the fire. Immediately the flames rose toward the sky, the snow began to melt and the trees and shrubs to bud. The grass became green, and from between its blades peeped the pale primrose. It was spring, and the meadows were blue with violets.

“Gather them quickly, Marouckla,” said March.

Joyfully she hastened to pick the flowers, and having soon a large bunch she thanked them and ran home. Helen and the stepmother were amazed at the sight of the flowers, the scent of which filled the house.

“Where did you find them?” asked Helen.

“Under the trees on the mountain-side,” said Marouckla.

Helen kept the flowers for herself and her mother. She did not even thank her stepsister for the trouble she had taken. The next day she desired Marouckla to fetch her strawberries.

“Run,” said she, “and fetch me strawberries from the mountain. They must be very sweet and ripe.”

“But whoever heard of strawberries ripening in the snow?” exclaimed Marouckla.

“Hold your tongue, worm; don’t answer me. If I don’t have my strawberries I will kill you,” said Helen.

Then the stepmother pushed Marouckla into the yard and bolted the door. The unhappy girl made her way toward the mountain and to the large fire round which sat the Twelve Months. The great January occupied the highest place.

“Men of God, may I warm myself at your fire? The winter cold chills me,” said she, drawing near.

The great January raised his head and asked: “Why comest thou here? What dost thou seek?”

“I am looking for strawberries,” said she.

“We are in the midst of winter,” replied January, “strawberries do not grow in the snow.”

“I know,” said the girl sadly, “but my sister and stepmother have ordered me to bring them strawberries. If I do not they will kill me. Pray, good shepherds, tell me where to find them.”

The great January arose, crossed over to the Month opposite him, and putting the wand in his hand, said: “Brother June, do thou take the highest place.”

June obeyed, and as he waved his wand over the fire the flames leaped toward the sky. Instantly the snow melted, the earth was covered with verdure, trees were clothed with leaves, birds began to sing, and various flowers blossomed in the forest. It was summer. Under the bushes masses of star-shaped flowers changed into ripening strawberries, and instantly they covered the glade, making it look like a sea of blood.

“Gather them quickly, Marouckla,” said June.

Joyfully she thanked the Months, and having filled her apron ran happily home.

Helen and her mother wondered at seeing the strawberries, which filled the house with their delicious fragrance.

“Wherever did you find them?” asked Helen crossly.

“Right up among the mountains. Those from under the beech trees are not bad,” answered Marouckla.

Helen gave a few to her mother and ate the rest herself. Not one did she offer to her stepsister. Being tired of strawberries, on the third day she took a fancy for some fresh, red apples.

“Run, Marouckla,” said she, “and fetch me fresh, red apples from the mountain.”

“Apples in winter, sister? Why, the trees have neither leaves nor fruit!”

“Idle thing, go this minute,” said Helen; “unless you bring back apples we will kill you.”

As before, the stepmother seized her roughly and turned her out of the house. The poor girl went weeping up the mountain, across the deep snow, and on toward the fire round which were the Twelve Months. Motionless they sat there, and on the highest stone was the great January.

“Men of God, may I warm myself at your fire? The winter cold chills me,” said she, drawing near.

The great January raised his head. “Why comest thou here? What does thou seek?” asked he.

“I am come to look for red apples,” replied Marouckla.

“But this is winter, and not the season for red apples,” observed the great January.

“I know,” answered the girl, “but my sister and stepmother sent me to fetch red apples from the mountain. If I return without them they will kill me.”

Thereupon the great January arose and went over to one of the elderly Months, to whom he handed the wand saying: —

“Brother September, do thou take the highest place.”

September moved to the highest stone, and waved his wand over the fire. There was a flare of red flames, the snow disappeared, but the fading leaves which trembled on the trees were sent by a cold northeast wind in yellow masses to the glade. Only a few flowers of autumn were visible. At first Marouckla looked in vain for red apples. Then she espied a tree which grew at a great height, and from the branches of this hung the bright, red fruit. September ordered her to gather some quickly. The girl was delighted and shook the tree. First one apple fell, then another.

“That is enough,” said September; “hurry home.”

Thanking the Months she returned joyfully. Helen and the stepmother wondered at seeing the fruit.

“Where did you gather them?” asked the stepsister.

“There are more on the mountain-top,” answered Marouckla.

“Then, why did you not bring more?” said Helen angrily. “You must have eaten them on your way back, you wicked girl.”

“No, dear sister, I have not even tasted them,” said Marouckla. “I shook the tree twice. One apple fell each time. Some shepherds would not allow me to shake it again, but told me to return home.”

“Listen, mother,” said Helen. “Give me my cloak. I will fetch some more apples myself. I shall be able to find the mountain and the tree. The shepherds may cry `Stop!’ but I will not leave go till I have shaken down all the apples.”

In spite of her mother’s advice she wrapped herself in her pelisse, put on a warm hood, and took the road to the mountain. Snow covered everything. Helen lost herself and wandered hither and thither. After a while she saw a light above her, and, following in its direction, reached the mountain-top.

There was the flaming fire, the twelve blocks of stone, and the Twelve Months. At first she was frightened and hesitated; then she came nearer and warmed her hands. She did not ask permission, nor did she speak one polite word.

“What hath brought thee here? What dost thou seek?” said the great January severely.

“I am not obliged to tell you, old graybeard. What business is it of yours?” she replied disdainfully, turning her back on the fire and going toward the forest.

The great January frowned, and waved his wand over his head. Instantly the sky became covered with clouds, the fire went down, snow fell in large flakes, an icy wind howled round the mountain. Amid the fury of the storm Helen stumbled about. The pelisse failed to warm her benumbed limbs.

The mother kept on waiting for her. She looked from the window, she watched from the doorstep, but her daughter came not. The hours passed slowly, but Helen did not return.

“Can it be that the apples have charmed her from her home?” thought the mother. Then she clad herself in hood and pelisse, and went in search of her daughter. Snow fell in huge masses. It covered all things. For long she wandered hither and thither, the icy northeast wind whistled in the mountain, but no voice answered her cries.

Day after day Marouckla worked, and prayed, and waited, but neither stepmother nor sister returned. They had been frozen to death on the mountain.

The inheritance of a small house, a field, and a cow fell to Marouckla. In course of time an honest farmer came to share them with her, and their lives were happy and peaceful.

 

 

[peekaboo_link name=”bar”]Traduction ici [/peekaboo_link]

[peekaboo_content name=”bar”]
Ça a été une aventure vraiment fantastique cette peinture mais en même temps terriblement longue. J’ai beaucoup aimé personnaliser les mois, ça a été un exercice très intéressant que de saisir ces impressions pour chacun d’eux. Lorsque je vois cette peinture maintenant, je ne peux m’empêcher d’entendre la musique que j’écoutais en boucle au même moment.

Le conte des Douze Mois (ma traduction de l’anglais):

Il était une fois une veuve qui avait une fille et une belle-fille. Helen, la plus jeune, était l’enfant issu de son premier mariage, tandis que Marouckla était l’enfant du premier mariage de son mari dés lors décédé. La veuve adorait Helen mais ne pouvait supporter Marouckla l’orpheline. Elle était beaucoup plus jolie que sa demi-sœur et de plus, elle n’en tirait aucune vanité. Marouckla ne comprenait pas pourquoi sa belle-mère était contrariée chaque fois que ses yeux se posaient sur elle.
Les taches les plus salissantes et les plus pénibles tombaient toujours sur Marouckla. Elle nettoyait toutes les chambres, faisait la cuisine, la lessive et la couture, filait, tissait, rentrait le foin, et la traite des vaches aussi lui échoyait. Et tout cela sans l’aide d’Helen. Et comment la cadette occupait son temps ? Elle ne faisait rien d’autre que d’essayer ses jolis vêtements et de regarder son reflet dans le miroir. Marouckla avait de bonnes raisons de se plaindre, mais elle ne le faisait jamais. Elle endurait les sarcasmes et la mauvaise humeur de sa belle-mère  avec une patience qui ne faisait qu’ennuyer davantage la veuve. La vieille femme devint encore plus tyrannique et acariâtre, et pour empirer les choses, Marouckla devint, elle, de plus en plus jolie à mesure que la laideur d’Helen se confirmait.
La belle-mère en vint finalement à la conclusion que la seule chose à faire était de se débarrasser de Marouckla ; aussi longtemps qu’elle serait sous le même toit, Helen ne trouverait pas de prétendants. La veuve utilisa tous les moyens à sa disposition pour rendre la vie de la pauvre Marouckla aussi misérable que possible – la faim, l’abus, la négligence et les coups. Les hommes les plus durs n’auraient pu être plus cruels que la méchante vieille veuve. Mais, en dépit de toutes ces épreuves, Marouckla devint encore plus radieuse et aimable.
Un jour, au beau milieu de l’hiver, Helen décida qu’elle voulait des violettes. « Marouckla », dit-elle, « Je veux que tu ailles dans la forêt et cueilles des violettes. Je voudrais en décorer mes cheveux, car elles se marieront très bien avec les tons de ma nouvelle robe de bal. »
« Mais ma sœur » rit Marouckla « qui a jamais entendu parler de violettes fleurissant au cœur de l’hiver ? ».
« Oses-tu me désobéir ? Petite peste ! Misérable insolente !»
« Mais… »
« Marouckla » intervint la veuve « n’as tu pas entendu ta sœur ? Pas un mot de plus, maintenant et ouste ! Si tu ne rapportes pas des violettes de la forêt de la montagne, tu peux oublier le chemin qui ramène ici ! » A coups de pieds et de mains, elle chassa Marouckla hors de la maison, ne lui permettant même pas d’attraper sa cape. « Voilà » dit la veuve « et si tu reviens avec un panier vide, tu peux être sûre que je te tuerai moi-même »
La jeune fille, sanglotant, prit le chemin vers la montagne. La neige était profonde sans aucune empreinte de pied humain. Qui serait dehors par un temps pareil ? Longtemps, la jeune fille erra de ci de là, sachant qu’elle ne parviendrait jamais à trouver des violettes. Bientôt, elle se perdit. Elle était affamée, fatiguée et tremblait de froid. Allait-elle mourir ici, seule ?
Soudain, elle vit une lumière au loin. Pensant qu’elle devait provenir d’une chaumière de montagne, elle commença de grimper vers elle. Elle grimpa et grimpa jusqu’à ce qu’elle atteignit le sommet du pic. Sur le plus haut pic brûlait un grand feu, et autour trônaient sur douze blocs de pierre des figures en longues robes. De ces douze étranges figures, trois avaient les cheveux blancs, trois étaient d’âge moyen, trois étaient pleins de jeunesse et de beauté, et les autres étaient encore plus jeunes. « Qu’est-ce que cela peut bien signifier ? » murmura Marouckla.
Ils étaient tous assis, silencieux face au feu. Ils étaient les Douze Mois de l’Année. Le grand Setchéne, Janvier était assis plus haut que les autres ; ses cheveux et sa moustache étaient aussi blancs que neige, et dans sa main, il tenait une baguette. Marouckla était terriblement effrayée pour commencer, mais elle prit quelques profondes respirations et le courage lui revint. Elle s’approcha du feu et dit , « Mes bonnes gens, puis-je me réchauffer à votre feu ? Je suis gelée par le froid hivernal ».
Le grand Setchéne leva la tête et demanda,  «Qu’est ce qui t’amène ici, mon enfant ? Quelle est cette chose que tu cherches ? »
« Je cherche des violettes » répondit la jeune fille, se sentant plutôt idiote.
Les sourcils de Setchéne se haussèrent sous la surprise. « Ce n’est pas la saison pour les violettes ! Regarde autour de toi, ne vois-tu pas la neige recouvrant le sol ? »
« Je sais », soupira Marouckla , « mais ma sœur Helen et ma belle-mère m’ont ordonné de ramener des violettes de la montagne. Sinon, elles me tueront .»
Le grand Setchéne étudia la jeune fille durant un moment de silence, et il se tourna vers Mars, le plus jeune de tous les mois, et pressa la baguette entre ses mains. « Frère Brezéne, prend le trône le plus haut .»
Brezéne obéit, et alors qu’il s’asseyait sur le trône, il agita la baguette au dessus du feu. Immédiatement, les flammes s’élevèrent vers le ciel, la neige commença de fondre et les bourgeons sur les arbres de se former ; l’herbe devint verte et entre les brins émergèrent de pâles primevères. C’était le printemps, et les prairies étaient bleues de violettes.
« Cueille- les vite, Marouckla ! » pressa Brezéne.
Gaiement, elle se hâta de cueillir les fleurs, et aussitôt son panier en fut plein à ras-bord. Elle remercia les Douze Mois, et courut jusqu’à la maison aussi vite que ses jambes le lui permettaient. Alors qu’elle se précipitait sur le seuil de la chaumière, sa belle-mère s’écria, « Marouckla ! Je t’avais dit de ne pas revenir à moins que …à moins…quoi ?! » Ses yeux s’agrandirent d’étonnement alors qu’elle découvrait les violettes.
« Où les as-tu trouvées, Marouckla ? » demanda Helen hargneuse.
« Sous les arbres sur le flanc de la montagne » dit Marouckla « Tu sembles surprise, chère sœur. Ne voulais-tu pas des violettes ? »
Helen saisit les fleurs et les emmena dans sa chambre, ne remerciant même pas Marouckla pour la peine qu’elle s’était donnée. Le jour suivant, elle vint au petit déjeuner avec un sourire perfide aux lèvres. « Marouckla », dit-elle d’un ton sirupeux, « apporte-moi des fraises de la forêt. N’oublie pas qu’elles doivent être sucrées et mûres ».
« Des fraises ? » s’exclama Marouckla. «  Qui a jamais entendu parler de fraises mûrissant dans la neige ? »
« Tiens ta langue, petit ver de terre ! Comment oses-tu me parler ainsi ? Si tu ne m’apportes pas mes fraises, je te tuerai ! »
La belle-mère saisit Marouckla par les cheveux et la traîna vers la porte, la poussa au dehors et verrouilla la porte.
La jeune fille malheureuse reprit le chemin du retour vers le sommet de la montagne et le grand feu autour duquel étaient assis les Douze Mois. Le grand Setchéne occupait le trône le plus haut.
« Mes chers amis, » Marouckla sourit, « puis-je m’asseoir près de votre feu pour m’y réchauffer ? Le froid de l’hiver est pire qu’il ne l’était auparavant. »
Le grand Setchéne leva la tête, « Pourquoi es-tu ici, Marouckla ? Quelle est cette chose que tu cherches ? »
« Des fraises », répondit Marouckla, « ma sœur m’a envoyé cueillir des fraises. »
« Nous sommes au milieu de l’hiver », répondit Setchéne d’un hochement négatif de la tête, « et tu dois comprendre que les fraises ne poussent pas dans la neige. »
« Je sais, je sais », dit Marouckla. « Mais si je reviens sans fraises, ma sœur s’est jurée de me tuer. S’il vous plait, bonnes gens, dîtes-moi où je peux les trouver ! »
Le grand Setchéne se leva et traversa le cercle vers le mois qui lui était opposé. Il plaça la baguette dans ses mains et dit, « Sœur Tchervéne, veuilles prendre place sur le trône le plus haut. »
Juin obéit, et alors qu’elle agitait la baguette au dessus du feu, les flammes s’élevèrent vers le ciel. Instantanément, la neige fondit, la terre se recouvrit de vert, plantes et feuilles sur les arbres, et diverses fleurs faisaient leur apparition dans toute la forêt. C’était l’Été dans toute sa gloire. Sous les buissons, des lots de fleurs blanches en étoile se transformaient en fraises, sous les yeux émerveillés de Marouckla, elles couvrirent rapidement la clairière, la faisant ressembler à un tapis rouge.
« Cueille-les vite, Marouckla ! », dit Tchervéne.
Joyeusement, elle remercia les Douze Mois, et ayant rempli son tablier de fraises, courut à toute vitesse jusqu’à la maison. Helen et sa mère regardèrent les fraises qui emplissaient la chaumière de leur délicieux parfum.
« Où as-tu trouvé ça , Marouckla? » demanda Helen revêche.
« Tout en haut de la montagne, où tu m’as dit d’aller. Ne sont-elles pas à ton goût ? »
Helen en distribua quelques unes à sa mère, et engouffra le reste ; pas une seule elle n’offrit à sa demi-sœur. Le matin suivant, elle se mit à désirer des pommes, des pommes rouges et mûres.
« Cours, Marouckla, cours dans la forêt et rapporte-moi les pommes les plus fraîches que tu puisses trouver .»
« Des pommes en hiver ? Tu dois plaisanter ! Comment cela se pourrait-il alors que les arbres n’ont ni feuilles, ni fruits. »
« Imbécile, pars cette minute même ! », dit Helen. « Si tu ne me rapportes pas de pommes, nous te tuerons. »
De la même manière que les deux précédentes fois, la belle-mère saisit Marouckla brutalement et la jeta hors de la maison. La pauvre enfant fit le chemin sanglotant jusqu’à la montagne, à travers la neige profonde sur laquelle il n’y avait nulle empreinte humaine et arriva au feu autour duquel étaient assis les Douze Mois. Immobiles, ils se tenaient, et sur le trône le plus haut était le grand Setchéne. Ils l’avaient aidé auparavant, l’aideraient-ils encore ?
« Mes bonnes gens, puis-je me réchauffer près de votre feu ? », Marouckla demanda alors qu’elle s’approchait. « Les vents d’hiver me font tellement trembler. »
Le grand Setchéne leva la tête et regarda directement la jeune fille, « Pourquoi es-tu encore ici, mon enfant ? Quelle est cette chose que tu cherches ? »
« Je suis ici à la recherche de pommes rouges », répondit Marouckla.
« C’est l’hiver, ma fille, et non la saison des pommes rouges », observa le grand Setchéne avec un sourire.
« Je sais », répondit la jeune fille, « mais ma sœur et ma belle-mère m’ont envoyé cueillir des pommes rouges sur la montagne ; si je retourne sans elles, elles me tueront. »
Le grand Setchéne se leva et s’avança vers l’un des mois les plus vieux, auquel il tendit la baguette et dit, « Mon frère Zaré, prends le trône le plus haut. »
Septembre alla sur le trône le plus haut et agita la baguette au dessus du feu. Il y eut une irruption de flammes rouges, la neige disparut, mais les feuilles mortes qui tremblaient sur les arbres furent emportées par le vent du nord-est et dispersées en tapis doré sur le sol de la clairière. Seules quelques fleurs d’automne étaient visibles, comme l’inule et l’œillet rouge, et il y avait du safran des près dans le ravin, et de la bruyère sous les hêtres. Au commencement, Marouckla chercha en vain des pommes rouges. Enfin, elle repéra un arbre qui poussait en hauteur, et de ses branches pendaient les fruits rouges vif. « Vite, Marouckla, cueille les pommes! », lui empressa Zaré.
La jeune fille était enchantée et secoua l’arbre. D’abord, une pomme en tomba, et puis une autre.
« C’est assez, » dit Zaré, « hâte-toi vers la maison maintenant ».
Remerciant les mois, elle s’en retourna. Helen était sans voix et la veuve regardait les fruits, étonnée.
« Où les as-tu cueillies ? » demanda la belle-mère.
« Sur le sommet de la montagne. Il y en a beaucoup là-haut. »
« Alors pourquoi n’en as-tu pas ramené davantage ? » Helen vociféra. « Tu les as sûrement mangées sur le chemin du retour, vilaine fille ! »
« Oh, non ! Je ne les ai même pas goûtées ! » dit Marouckla.
« J’ai secoué l’arbre deux fois, et une seule pomme en est tombée chaque fois. Je n’étais pas autorisée à le secouer encore une fois, et on m’a dit de rentrer chez moi ! »
« Puisse Zeus te frapper de sa foudre ! » s’écria Helen, la frappant à plusieurs reprises.
Marouckla pria d’être morte plutôt que d’avoir à subir davantage de sévices. Pleurant amèrement, elle s’enfuit dans la cuisine. Helen et sa mère avaient chacune une pomme, et les trouvèrent plus délicieuses que toutes les pommes qu’elles avaient pu déguster auparavant.
« Ecoute, mère, » dit Helen, « apporte-moi ma cape. Je cueillerai plus de ces pommes moi-même. Elles sont trop bonnes pour être laissées dans la forêt ! Je peux trouver la montagne et l’arbre, et personne n’osera me dire d’arrêter de secouer cet arbre ! »
En dépit des inquiétudes de la mère, Helen se revêtit de sa cape, couvrit sa tête d’un chaud capuchon, et prit la route de la montagne. La mère se tenait sur le seuil et regardait sa fille disparaître dans la forêt.
La neige recouvrait tout, et pas une seule empreinte à la surface. Helen se perdit, et erra de ci, de là. Après un long moment, elle vit une lumière au dessus d’elle, et la suivant, atteignit le sommet de la montagne. Là était le grand feu, les douze trônes et les Douze Mois. Au début, elle était effrayée et hésitante, puis elle s’approcha et se réchauffa les mains. Elle ne demanda pas la permission, ni ne proféra un mot de politesse.
« Qu’est-ce qui t’amène ici, Helen ? » dit le grand Setchéne sévèrement. « Quelle est cette chose que tu cherches ? »
« Je ne suis pas obligée de te le dire, vieil homme. En quoi cela te concerne t-il ? » répondit-elle avec dédain, tournant le dos au feu et se dirigeant vers la forêt.
Le grand Setchéne fronça les sourcils, et agita sa baguette au dessus de sa tête. Instantanément, le ciel se couvrit de nuages, le feu faiblit, la neige tomba à gros flocons, et un vent glacial hurla autour de la montagne. Au milieu de la furie de la tempête, Helen maudit sa demie-sœur. Sa cape ne parvenait pas à réchauffer ses membres gelés, et elle se perdit parmi les tourbillons du blizzard.
La belle-mère continua de guetter le retour de sa fille. Elle regardait de la fenêtre et guettait sur le pas de la porte, mais la fille jamais ne reparut. Les heures passaient lentement, et la tempête empira, mais Helen ne revint pas.
« Se pourrait-il que les pommes l’aient enchantée loin de la maison ? Peut-être ma fille égoïste a t-elle décidé de se garder toutes les pommes pour elle seule ! » grommela la vieille femme. Puis, elle se revêtit de sa cape et capuchon et partit à la recherche de sa fille. « Lorsque j’attraperai celle-là, je vais la secouer pour la punir de me causer tant de tracas! » La neige tombait en énormes flocons ; elle recouvrait tout, un épais manteau vierge de toute trace. Pendant un long moment, la vieille femme erra de ci, de là, le vent glacial du nord-est sifflait dans les montagnes, mais aucune voix ne répondait à ses appels.
Jour après jour, Marouckla travaillait; mais ni sa belle-mère, ni sa demi-sœur ne revinrent, et elle pouvait seulement suspecter qu’elles étaient mortes de froid sur la montagne. L’héritage de la petite chaumière et d’une vache lui revinrent. Après un temps, un fermier honnête vint partager sa vie et ils vécurent heureux et paisibles.

[/peekaboo_content]

2 Comments

  1. Captain Wolf

    Je ne connaissais pas ce conte, et je l’ai adoré. La représentation des Douze Mois est parfaite. Ton tableau aussi.
    Tes personnages collent parfaitement à l’histoire.

    1. Kundry

      Oh merci!!!

Leave a Reply

Your email address will not be published.