Welcome

Welcome to my Inner World. I am a French self-taught artist, and these past seventeen years I have made Norway my home. Moving to the Lofoten islands was the greatest present I ever made to myself and the Arctic landscapes are indeed a true treat for any artist’s eyes. I live with my British soulmate,… Continue Reading

My Digital Art

Category Archives: Dreams, Meditation and Poetry

L’Appel

Avalanche
Avalanche
Avalanche
Horde sauvage en déferlante
Les loups sont lâchés
Et leur seigneur, plus redoutable que les crocs de la bête aux naseaux fumants
Esquisse un sourire dans un sortilège de brume.
Les rêves cascadent, cascadent dans le creux de mes vallons
Déversant leur trop plein, leur fureur euphorique.
Le baiser fervent qu’il a dérobé à mon âme,
Contre tous les désenchantements
Brille mon précieux talisman.

Rapprochement

Hautes herbes penchent la tête dans les derniers rayons du soleil,
Âmes orphelines encore étourdies de tant d’allégresse,
Rapprochez-vous, serrez-vous les uns contre les autres
Que je puisse me bercer de votre langueur.
Passe le Roi flamboyant de ce monde
Mais c’est dans la pénombre que soudain
Nous nous regardons
Et goûttons l’un à l’autre pour la première fois,
Nous révèlant des passages secrets
Fleurissant comme autant d’étoiles dans le firmament
Mais qui nous entrainent profondément
Toujours plus profondément
Jusqu’au centre de la Terre
Où là dans le trouble et l’émerveillement le plus inouï
Se lève le nouveau Roi
Le Roi à venir
Seigneur de tous les serments d’amour.

Le Joueur de Flûte d’Hamelin

Enfants à pas feutrés,
Enfants qui ne soufflent mot.
Petits souliers dansent
Sur les pavés lustrés de pluie.
À travers les méandres de la cité,
Égrené le ruban d’arpèges,
Insistant comme une voix que l’on croyait perdue.
Tandis que le sourire tendre de la lune inonde
Le flot des innocents.
Des rubans chatoient comme des pétales de fleur
Dans le sillage de la farandole
Et devant le joueur de flûte se dresse la montagne
Aux flancs frissonants dans la nuit, enfiévrés.
Ses doigts agiles et scintillants
N’ont de trève de composer leur charme,
Et voyez comme mères et pères perdent leur dernier souffle
Lorsque dans ses yeux verts
Fomente un feu qu’aucune supplique ne saurait éteindre.
Dans la lumière des flambeaux rivés à la roche,
Les joues rougeoient de pétulence
Et un murmure se propage.
Roulement de roches tambourinantes,
La montagne s’est ouverte, révélant ses profondeurs éblouissantes,
Ses chemins de traverses bordés d’herbes d’or,
Sans un regard en arrière, tous se sont engouffrés.
À vous qui jamais n’avez osé emboîter le pas du joueur de flûte,
Qui gardez sous le joug de la tyrannie
L’âme et la candeur,
Songez qu’au coeur de cette montagne scellée aux ombres défiantes,
Veille encore le plus redoutable des ravisseurs.